Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 11:00


J’avais un peu passé sous silence ma participation à 100% mag sur M6. J’avoue, je me demandais ce que ça allait donner. Le sujet de Sophie Lagache : « Le Prince Charmant existe-t-il ? » était un reportage people dans lequel je n’ai fait qu’une petite apparition. 

Sophie m’a posé plein de questions que j'ai trouvé pertinentes sur le Prince Charmant. Reste à savoir si moi je l'ai été dans mes réponses. Voici un mini aperçu de l'exercice

 

Prince de LuJe pense que tout le monde m'a raconté la blague du Prince qu'on trouvait au rayon biscuits....

 

« Penses-tu que le Prince Charmant existe ? »

 

Le Prince Charmant c’est un mec qui se bat contre des dragons et escale des murs de ronce pour venir sauver sa princesse. Autant dire que je n’en croise pas souvent… De nos jours, les femmes n’ont pas vraiment besoin d’être sauvées. On bosse, on est indépendantes, on ne passe pas notre temps à dormir en attendant un baiser. N'étant pas nous mêmes des Princesses charmantes, pourquoi eux existeraient ?

 

D’autre part, le Prince Charmant se doit d’être parfait et merveilleux. Là encore, je ne connais personne qui corresponde à cette définition (même si j’en connais qui sont persuadés du contraire). Quoi de plus ennuyeux que quelqu’un qui n’a pas de défauts ? (dit la fille qui en a plein). 

 

« Les femmes continuent-elles de le chercher ? »

 

Petites on lit des contes des fées ensuite on regarde des films / lit de livres où tout fini toujours bien. Les connards se transforment en mecs biens au contact de l’héroïne et ensemble, ils vivent une merveilleuse histoire d’amour. Force est de constater que dans la vraie vie, les connards restent comme ils sont, que l’héroïne n’a pas toujours envie de se caser ou qu’elle passe un temps fou à se prendre la tête pour un mec qui n’en vaut pas la peine.

 

Il y a donc plein de femmes qui n'ont pas du tout envie de rencontrer le Prince Charmant, plein qui n’y croient pas mais qui continuent d’ouvrir les yeux au cas où… et d’autres qui l’attendent parce qu’elles ne peuvent pas concevoir qu’on nous aurait menti.

 

« C’est quoi pour toi le Prince Charmant ? »

 

Ma définition toute personnelle du Prince Charmant c’est un mec dont je suis amoureuse et qui m’aime (commençons par l’essentiel hein), qui a des défauts que je supporte voire que j’apprécie, quelqu’un à qui j’ai envie de dire « je veux bien laisser mon indépendance adorée et vivre avec toi » voire « en fait je voudrais bien un mini toi dans ma vie ».

 

Et vous ? Vous auriez répondu quoi ?

 

Revoir la vidéo du reportage sur le site de M6 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Love etc
commenter cet article

commentaires

Vincent 01/07/2012 15:13

Le mythe du prince charmant est-il mort? Après tout, les femmes devenant indépendantes, les princes charmants ont perdu jusqu'à leur raison d'exister..

Oui et non.. (réponse sybilline je l'avoue mais je vais expliquer). D'un côté, un bon nombre de femmes essaye de s'émanciper de la domination masculin, ce qui paraît assez normal. De l'autre, nous
avons d'autres femmes qui, au contraire, nous demandent voire réclament une attention de tout les instants qui va de la galanterie à payer des verres (les cas extrêmes : la femme qui veut se faire
entretenir et si si ça existe). Et puis, il y a les femmes indépendantes qui malgré tout aiment bien qu'on leur paye la note, leur tire la chaise (alors même que d'autre vont s'insurger par rapport
à ça : ce ne serait qu'une forme de domination...)

Et parmi cette jungle, vous espérez vraiment que les hommes vont pouvoir comprendre ^^" ? Belle chimère ! On peut comprendre notre confusion à nous autres les hommes..

Et le mieux c'est que cette demande d'indépendance, somme toute normal, en plus de nous perturber (comment se retrouver entre les différentes teintes..?), lorsqu'elle est poussé à son extrême
dessert les femmes.

En effet, depuis le plus jeune âge, tout les hommes ou presque ont subi un lavage de cerveau constant qui vise à nous inculquer le "how to be" du prince charmant : protection, respect, force, calme
en toute situation (avec plus ou moins de réussite selon les cas, il est vrai).

De sorte que la seule chose que nous voulons, c'est pouvoir protéger la femme que l'on aime, que l'on puisse faire quelque chose pour elle, quoi que ce soit. Nous avons besoin d'une brèche dans la
carapace de la femme moderne pour pouvoir exister en tant qu'hommes, se dire que l'on apporte quelque chose, tout comme notre femme ou petite amie nous apporte. Mais vous ne nous laissez pas cette
espace, cette petite faiblesse, ne vous laissez pas protéger. Conclusion logique : pourquoi rester avec une personne à qui je ne peux rien apporter? Et les femmes indépendantes restent bien souvent
sur le carreau après un coup d'un soir malgré une discussion prenante et un moment d'anthologie.

Devez vous pour autant arrêter votre course à l'indépendance? Non. Laissez nous juste un peu d'espace. Demandez nous de régler la note, de faire du bricolage, de vous aider d'une façon ou d'une
autre, mas d'une façon conforme à notre image de la masculinité (beaucoup de mecs seront plutôt rebuttés par la vaisselle alors que faire une vidange...).

Les femmes "new age" indépendantes et fortes (comme tu l'es peut-être Lucie, qu'en sais-je) ont tout à y gagner et rien à y perdre. Sachez montrer vos faiblesses, sachez montrer que nous ne sommes
pas à vos côtés pour rien ou nous partirons trouver quelqun que l'on peut vraiment aider..

Je me suis amusé à lire "Act like a lady, think like a man", un livre qui donne les clefs de la mentalité masculine et je ne peux que le recommander (attention, l'anglais est un impératif). Votre
incompréhension face à nos contradictions en sera peut-être résolu pour le coup et peut-être que l'on pourra sortir de cette guerre des sexe qui dessert hommes comme femmes. Il y a un équilibre à
trouver, pas forcément évident, mais à trouver quand même. Le mythe du prince charmant n'est pas qu'un mythe, c'est aussi et surtout le mode de construction de base des hommes même si beaucoup s'en
écartent assez vite. Laissez nous parfois être ce prince charmant que l'on s'imagine être. Entre ça et les PUA quand même...

Louis Planche 17/11/2011 12:05


"Aucun problème, je ne censure pas les divergences d'opinions sur le blog."

C'est tout à ton honneur.


Nyx 04/11/2011 21:21


Ta définition du Prince Charmant est parfaite à mon avis !
Et j'avoue que le "mini-moi" c'est trop mignon (je tourne guimauve moi)


Lucie de Paola 04/11/2011 21:23



Oooooh merci :)


(moi je trouve ça délicieux la guimauve !)



Louis Planche 01/11/2011 21:08


En fait, je me suis rendu compte que je m'étais emporté pour rien, j'espère que tu m'excuseras.

Mais bon, en poussant plus loin la réflexion ça m'a permis d'apprendre d'autres choses très intéressantes.
Donc même si j'ai certaines divergences d'opinions, merci pour ton article, je présente encore mes excuses pour mon emportement qui n'était pas totalement justifié.


Lucie de Paola 03/11/2011 10:49



Aucun problème, je ne censure pas les divergences d'opinions sur le blog.



Louis Planche 31/10/2011 11:09


Tu m'excuseras de mettre les deux articles en parallèle (c'est moi qui ai mis les articles en parallèle, après tu prends ça comme tu veux) à une époque ou force est de constater, et comme
l'explique si bien Dragubis, le modèle du "prince charmant" moderne s'aligne assez bien soit sur un Rocco Siffredi soit sur un DSK, tu choisiras celui que tu penses être le plus habillé ou en
fonction de la cour de récréation dans laquelle ils jouent, personnellement pour moi ce "prince charmant" là n'a =rien= d'un prince charmant.

L'entrée de mon texte concernait principalement ton introduction et mon raisonnement absurde (et je clame haut et fort son haut degré d'absurdité), ne vient que prolonger cette dernière.

[Quote]Le Prince Charmant c’est un mec qui se bat contre des dragons et escale des murs de ronce pour venir sauver sa princesse. Autant dire que je n’en croise pas souvent…[quote]

Et bien je te rassure Lucie de Paola car c'est une figure issue des mythologies et des contes populaires, un modèle d'idéal, et à part des "images" de ce modèle dans les livres, dans les films,
spectacles et autres asiles, des vrais comme tu l'indiques tu n'en croiseras =jamais=.

Par contre des hommes (ou des femmes) doté(e)s d'un peu d'esprit chevaleresque (l'ancient, pas le nouveau cfr. Dragubis), cad ceux qui essayaient un tant soi peu de donner de leur personne pour les
autres, (autres = hommes, femmes, enfants et vieillards compris, oui désolé de briser une autre illusion: en effet le monde ne s'organise pas forcément autour du nombril de la femme).
Celui qui essayait de régler où d'arrondir les angles dans les conflits pour suivre son idéal, prêt à se sacrifier pour le bien commun, le modèle totalement opposé à l'individualisme forcené
actuel, ce prince charmant là (comme personne vivante, homme ou femme suivant un idéal de vie) est en effet devenu totalement obsolète dans la jungle actuelle qui méprise toutes valeurs morales,
toute continuité, et surtout toute intégrité, il n'existe plus. J'avais cité Aldous Huxley.

[Quote]
De nos jours, les femmes n’ont pas vraiment besoin d’être sauvées. On bosse, on est indépendantes, on ne passe pas notre temps à dormir en attendant un baiser.
[Quote]
Et bien tant mieux s'il y a plus de "princesse charmante" ("" = modèle) à devoir sortir du pétrin, si elle se débrouille toute seule contre les "dragons" (""=modèle), je dis ça en me mettant dans
la peau de la personne (h ou f, même si la connotation est plus proche d'une représentation masculine dans l'esprit commun) qui aurait encore un tant soi peu d'esprit chevaleresque (l'ancient, pas
Dragubis), comme ça ces personnes ont plus de temps pour "lutter" pour leur idéal de façon à réduire un peu plus chaque jour toutes les "misères de ce monde".

Et c'est là ou je m'emporte avec ce genre d'énormité:
[Quote]
N'étant pas nous mêmes des Princesses charmantes, pourquoi eux existeraient ?
[Quote]

Mais pour les gens qui dans notre société luttent encore tant bien que mal pour un idéal, ce n'est qu'un modèle, faire cette affirmation: Mais quel égoïsme!

Maintenant je m'emporte, mais j'ai probablement eut tort car on a pas du tout, mais alors là pas du tout, la même définition du "prince charmant", le mien n'est pas un DSK.

Et au passage t'as pas compris mon raisonnement, j'ai rien contre l'émancipation de la femme, au contraire, j'essaye juste de t'expliquer qu'elle a autre chose qu'une "paire de testic*le" pour être
ce qu'elle est, maintenant si elle préfère ça, c'est son choix.

Et non, je n'aime pas être vulgaire, mais pour certaines choses je préfère être cru et parler franchement que de tourner autour du pot, d'ailleurs on me reproche parfois de manquer de tact, à cela
je réponds que l'hypocrisie a ses limites.


Auto-Promo

Boite aux lettres

Souvenirs

Twitter

Facebook