Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 12:00


Stéphanie est parisienne d’origine. Elle adore Paris, mais vivre ailleurs a toujours fait partie de ses plans. Elle rêvait de NYC mais finalement vit à Montréal (pas très loin de NYC finalement).

 

Expo YSL
Dans la production cinématographique depuis 7 ans, Stéphanie est en charge de la création et du développement (longs métrages, documentaires, émissions de tv,…) dans une grosse boîte de production montréalaise.


En parallèle, elle produit avec son amoureux un documentaire - qu'il réalise - et prépare déjà la suite. Cela lui prend du temps et de l’énergie, mais elle trouve ça motivant. Ses loisirs : voyager et manger. Déterminer le meilleur croissant aux amandes ou le meilleur éclair au thé macha – tous pays confondus - la passionne.


Pourquoi es tu partie vivre au Québec ? Quel est ton mode vie là bas ?

Mon copain était au chômage et parlait tout le temps de repartir vivre au Québec où il avait fait ses études.
MontréalComme je travaillais sur une coproduction franco-canadienne, il a eu l’opportunité de doublement réaliser son rêve : faire du cinéma à Montréal. Je l’ai rejoint un an plus tard.

En 4 mois, j’avais trouvé un job dans une grosse boîte de production québécoise (mais j’ai commencé à chercher sérieusement au bout de 3 mois) et on était proprio d’un petit loft à la new-yorkaise sur le Plateau Mont-Royal (inimaginable en France, surtout avec un visa temporaire et deux fiches de paye !).

Montreal 2Il a fallu quand même accepter de recommencer tout en bas de l’échelle : personne ne nous attend et je dirais même que les "Maudits Français" doivent presque inévitablement passer par une phase de "bizutage" qui en décourage beaucoup, surtout pour ceux qui ont fait des études. Mais le Québec offre quand même un éventail de possibilités intéressantes d’un point de vue professionnel, surtout lorsque l’on a réussi à mettre un pied dedans. Ensuite, c’est au mérite et tout se négocie.


Montréal 3Le Plateau est sans doute le quartier le plus sympa, un mélange entre le Quartier Latin et le West Village… Montréal est une ville agréable, cosmopolite, très animée où il y a plein de bars, de restaurants, de boutiques, de galeries...

Plein de jolies balades ou de lieux de farniente : Canal Lachine, le Mont-Royal, Parc Lafontaine, Parc Jeanne-Mance, le Vieux Port, etc.

L’été indien, c’est magique. Quant à l’hiver, ce n’est "pas si pire" : il y a plein d’activités à faire dans les environs. Si l’on pouvait juste avoir un été moins pluvieux que ces deux dernières années…


Le portrait type de la Québécoise

 

Sujet sensible, surtout si l’on parle de portrait-type ! Après un petit sondage, voici ce qu’il en ressort. La Québécoise est une jeune femme affirmée, autonome, indépendante, volontaire, plutôt sûre d’elle et qui tient à avoir le dernier mot envers deux catégories de la population : les hommes… et les français (homme ou femme) !


Libérée, elle n’a pas vraiment de tabou, ce qui n'est pas sans déplaire à la gente masculine française. Elle est aussi un peu susceptible et un chouïa castratrice. Elle est très revendicative et cherche à tout prix à être l'égale de l’homme quitte à en faire un peu trop. Il est hors de question pour elle de se faire dicter sa conduite par un homme et est de manière générale plutôt "contrôlante".
 

 

Comment drague-t-on à Montréal ? Y a t il des codes ?

 

Déjà, il y a de la concurrence ! Les Québécoises sont assez agressives et directes dans leur façon d'aborder les hommes. Ce sont elles qui mènent le jeu. MTLPour reprendre la phrase pleine d’humour d’une copine : "Les codes : elles leur montent dessus, ils se laissent faire, c'est tout" !!! La notion de drague comme nous l’entendons n’existe pas vraiment. Le Québécois a démissionné. À tel point que si tu te fais draguer par un mec, il y a de fortes chances qu’il ne soit pas québécois ! D'ailleurs, il y a beaucoup plus de couples Français-Québécoise que de couples Française-Québécois.

 

Quels sont les indispensables dans le placard d'une jeune femme qui vit là-bas ?

 

Montreal 5En hiver : mitaines (gants), tuque (bonnet), foulard (écharpe), bottes et une Canada Goose. Marcher avec des stilettos quand le trottoir est enneigé ou verglacé est tout un art (et exige une certaine résistance au froid!), mais on en croise quand même.

 


En été : robe (très) légère et tongs.

 

Montreal 6Le contraste vestimentaire entre le mois de janvier et le mois de juin est assez saisissant : c’est simple, on a l’impression de ne pas être dans la même ville ! Après des mois passés à ne ressembler à rien, il y a un besoin viscéral de tout "déballer". Dès les premiers degrés au-dessus de zéro, les terrasses sont bondées, on se découvre.

 

Cela étant, cela fait deux ans qu’il ne neige pratiquement pas et qu’il pleut et fait froid en été. Il va falloir peut être repenser tout ça.

 

Tes 5 meilleures adresses

 

Jun-i : sans doute les meilleurs sushis en ville. Une explosion de saveur et de raffinement à chaque bouchée (commander absolument le funny maki). Les sashimis en entrée avec les différentes sauces sont à tomber. Pour les allergiques au poisson cru, il y a également des plats de viande et de poissons.

 

Chuchai : un excellent restaurant thaïlandais végétarien, la cuisine très parfumée. On y trouve des légumes, du tofu, mais aussi du poisson, des crevettes (les moins réussies), du porc, du poulet, du canard, du bœuf… végétariens. Le bœuf au basilic est excellent.

 

Au Pied de cochon : pour l'ambiance et pour la cuisine de Martin Picard qui réinvente les classiques de la cuisine québécoise. Les portions sont gigantesques (mais on peut demander à emporter les restes). Le paradis des carnivores. Pour la végétarienne que je suis, la tarte à la tomate (300% pur beurre) et la tourte de saumon sont un délice. Se garder une petite place pour le Pudding chômeur : 6500 calories de pur plaisir à manger à deux, car c'est vraiment cochon (expression québécoise pour désigner quelque chose d’excessivement gourmand). Réserver plusieurs jours à l' avance, car ça ne désemplit pas dès 17h. Martin a également ouvert une cabane à sucre (à éviter si l’on est végétarien : à part dans les desserts, il y a de la viande partout!).

 

Mamie Clafoutis : si la bonne vieille boulangerie-pâtisserie à la française vous manque, c'est là qu'il faut aller. C est joliment présenté et tout est bon. Également un petit salon de thé à l'étage où il fait bon se réfugier. On y va pour la ficelle pavot, sésame et gros sel, le "Oh mon Dieu" et bien sûr les clafoutis.

 

Preloved : une marque québécoise 100 % éthique. Pièces uniques faites à partir de vêtements vintage et de matières recyclées. Le super joli côtoie le très laid, mais on trouve toujours quelque chose d'hyper original et de bien coupé. Ma dernière acquisition : un superbe tablier ! À suivre : les promos qui ont lieu 3 ou 4 fois dans l'année où les prix deviennent très intéressants.

 

Hors catégorie

La Grande Bibliothèque : j'ai passé de très nombreuses heures dans cet édifice de 4 étages, lumineux, agréable et aéré, à regarder des films ou à feuilleter le dernier Elle (mais il y a aussi Le Monde !), où l’on peut réserver les DVD des dernières séries américaines ou le dernier prix Goncourt (attente parfois très longue).

 


Copyrights photos :

1, 2, 3, 4, 7 : Lucie de Paola

5 : Paulo Fernandes

6 : Stéphanie Pages

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Une fille - une ville...
commenter cet article

commentaires

Alison 30/11/2010 18:06


Je vis dans la ville de Québec depuis juin dernier et j'ai déjà pu observer un peu les relations hommes - femmes.

Je suis d'accord avec toi les québécoises sont beaucoup plus libres que nous le sommes. Je ne dis pas que nous ne sommes pas libres mais elles font ce que nous souhaiterions faire et disent ce que
nous pensons tout bas sans gêne.

Cet été à voir toutes ces jeunes femmes mais aussi jeunes filles si peu habillées alors qu'il ne faisait pas si chaud que ça, je me suis dit elles devaient en profiter avant l'hiver ! Mais même à
-7° il y a encore des supportrices du short court et des collants léopard.

J'ai aussi parfois l'impression qu'elles nous voient (nous les françaises) soumises par rapport à nos conjoints. Pourtant nous ne le sommes pas tant que ça en tout cas pas moi. Mais il faut quand
même se défendre d'avoir accepté de porter le nom de famille de son mari.

Merci pour cette rubrique ça permet d'avoir les points de vue des femmes des quatres coin du monde.


ugolin 16/10/2010 22:07


Bonjour,
Moi j'ai fait une ecole pendant trois ans de danse théâtre et chant, et j'aimerais venir vivre à Montréal pour continuer à me former et surtout travailler dans la musique (en tant que chanteuse) et
dans le cinéma.Je reviens de Montréal et de NY et je suis amoureuse de ces deux villes.Mais là cest décidé je veux venir , pour un minimum de trois mois, à Montréal...auriez vous des indications à
me donner , les endroits où trouver les castings, les écoles de cinéma etc...?merci beaucoup et a bientôt


stephanie 01/03/2010 05:15


et en plus, j'ai oublié de parler de plein de trucs : les trèès nombreux festivals, les pistes cyclables...


Bertrand 26/02/2010 16:07


ben voila, tu m'as donné envie de revenir - surtout l'été parce que la neige ici moi j'ai donné cette année.


Auto-Promo

Boite aux lettres

Souvenirs

Twitter

Facebook