Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 10:00

 

Tout le monde connaît le célèbre : « Suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis » mais tout le monde n’arrive pas à le mettre en pratique. Souvent on essaye, pleine de bonne volonté, mais les ¾ du temps, on échoue. Si la bonne volonté suffisait, j’aurais 10 kilos en moins, je serais plus assidue sur le blog, mes ongles seraient vernis en permanence, bref, vous voyez où je veux en venir. À dire vrai c’est le jour où on est en couple (avec un autre) qu’on se rend compte que cette technique fonctionne parfaitement.

 

Coeur gravé arbre

 

À chaque fois qu’on a un mec dans la peau et que ce dernier ne semble pas savoir qu’on existe, on a toujours une bonne copine qui nous dit : « Ignore-le, il n’y a que ça qui marche pour attirer leur attention ». On se lance donc dans une opération « Je fais comme si tu n’existais pas, tu n’es rien pour moi, pauvre mec ». En général, ça dure 3 minutes. Le temps de dire fièrement  à notre pote : « T’as vu comme je fais genre je m’en fous ? Jamais il ne soupçonnera que je le trouve craquant » pour aussitôt replonger dans le : « Bon, mais là ça fait 2 minutes 30 que je fais genre il ne m’intéresse pas alors il me regarde ou quoi ? Bon attends, je vais vérifier au cas où... » et BAM, BIM, BOUM on recommence à se comporter comme s’il était la 8ème merveille du monde. « Oh mon dieu, il est tellement beau, merveilleux, formidable, je dois absolument sortir avec ce mec ». Notre mission « ignorance » a complétement capoté.

 

Mon conseil avisé du jour : Chères lectrices (conseil applicable aux lecteurs), faire semblant de s’en foutre ne fonctionne pas. Il faut vraiment, mais alors vraiment, être passé à autre chose pour que, tout à coup, TADAAAA celui qui nous faisait chavirer se rende compte de notre présence. 

C’est moche, mais parfois la vie est moche.

 

Après des jours, semaines, mois, années (1) à s'émerveiller sur un pauvre con qui ne nous a jamais prêté attention mec, on finit par en rencontrer un nouveau, un super, un génial, un qui nous a remarqué et qui nous trouve formidable, en résumé, un mec bien. De notre nuage nous regardons le reste de l’humanité en bénissant les dieux, notre karma, la providence d’être tombée sur la perle rare. On repense à tous ces crétins qui nous ont brisé le cœur et on se demande ce qu’on a bien pu leur trouver. De « il est vraiment canon » on passe à « enfin de près il a quand même une sale peau », de « il est brillant » on passe à « enfin, c’est un pauvre mec qui n’a jamais réussi à garder un boulot plus de 6 mois », bref, on voit enfin les choses telles qu’elles sont. Et c’est à ce moment précis que TADAAAAA (et oui encore) celui qui ne dédaignait pas nous accorder un regard/sourire/baiser/appel après avoir couché avec nous (1) se met à nous tourner autour tel un vautour sur un bébé chat perdu dans le désert. Ne me demandez pas ce que fait ce bébé chat loin de chez lui, je ne sais pas.

 

Alors qu’on glandouille sur Facebook, une petite fenêtre apparaît en bas à droite de notre page : « Salut ! Qu’est ce que tu deviens ? ». Il y a quelques mois, on aurait fait des bonds de joie mais là, on s’en fout.  Mieux, on a autre chose à faire. Histoire de ne plus voir « Machin vous a envoyé un message » clignoter, on répond laconiquement : « Rien de spécial et toi ? ». « Toujours pareil et sinon, tu as un mec ? ». Deux phrases, deux minuscules phrases auront suffit pour qu’il nous pose LA question. Avant on se serait dit : « WAHOU ! Il meurt d’envie d’être avec moi ». Cette fois-ci on se dit : « Pourquoi connard ? T’as trouvé personne avec qui baiser et tu te rappelles enfin de moi ? ».  Bien élevée, on répond : « Oui. D’ailleurs, je n’ai jamais été aussi heureuse ». Et là, un autre phénomène extraordinaire se produit, il se déconnecte et ne nous recontacte plus. Étonnant non ? 

 

 

(1) rayez la mention inutile

 

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Ah... Les hommes...
commenter cet article
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 10:00

 

Il est temps de faire le point sur l’homme avec qui on sort (ou celui avec lequel on va bientôt conclure). Parmi les « crapauds » sur lesquels on peut tomber, il y a le sociopathe. Le Huffinghton Post américain a répertorié 11 signes permettant de savoir si on en fréquente un. Par les temps qui courent, ça ne me semble pas complétement inutile. Surtout que, si j’en crois cette liste, j’en ai côtoyé plus d’un.

 

sociopathe

 

Pour info : la différence entre un sociopathe et un psychopathe est mince. Le premier devient sociopathe à cause de son environnement. Le second a des prédispositions génétiques et nait comme ça. Au final, leur comportement est le même.

L’autre info capitale c’est que les sociopathes ne sont pas tous des tueurs en série. Ce qui est une bonne nouvelle quand on sort avec l’un d’entre eux. J’avoue que finir découpée en petits bouts, coincée au fond du congélateur me branche moyennement.

 

1. Un ego démesuré

 

Au début d’une relation, on montre le meilleur de nous même. Les hommes sont souvent en mode « je suis le plus fort, le plus intelligent, le plus merveilleux » pour nous conquérir. Mais lorsque ça devient « j’ai toujours raison et le reste du monde ne m’arrive pas à la cheville » nous sommes en présence d’un problème de taille : celle de l’égo de notre mec. On appelle ça un complexe de supériorité. Normalement à ce moment là, on devrait fuir.

 

2. Menteur et manipulateur

 

Heureusement que tous les hommes (et les femmes) qui mentent et manipulent ne sont pas forcément des sociopathes. Autrement, nous serions cernés !

Les baratineurs, ceux qui essayent de nous embobiner pour arriver à leur fin, on les grille plus ou moins rapidement. « Jamais je n’avais rencontré une femme comme toi. Avant toi, je n’étais rien. Blablabla ». 

Le problème c’est que si on sort avec un (bon) menteur doublé d’un (excellent) manipulateur on ne s’en rend pas forcément compte. Il saura aussi bien nous balader sur des détails insignifiants que sur des choses vraiment sérieuses. Et voilà comment après 10 ans de vie commune on se rend compte qu’il n’a pas de vrai travail, qu’il a une autre famille, qu’il découpe des gens…

 

3. Aucun signe d’empathie

 

Pour reconnaître quelqu’un qui n’a aucune empathie c’est assez simple : racontez lui un événement horrible et voyez comment il réagit.

Il y a quelques années, j’annonçais à l’élu de mon cœur (encore un choix judicieux) que ma mère faisait peut-être une récidive de cancer, il m’a répondu : « Ben moi je suis hyper content parce que ce week-end je pars faire du bateau ». Ça a fini de me convaincre que c’était un véritable connard/sociopathe.

Pour info, ma maman va très bien.

Si vous n’avez pas d’histoire triste à raconter, baillez et voyez s’il fait de même. S’il ne baille pas, c’est que c’est un sociopathe (j’ai appris ça dans la série Luther).

 

4. Aucun remord ou honte

 

Quand on a un égo surdimensionné et qu’on est dénué d’empathie pourquoi s’embarrasser de remord ou de honte ? Il faut rester cohérent avec soi-même.

 

5. Un calme olympien face à des situations dangereuses ou effrayantes

 

Quelqu’un de posé, serein, qui sait garder son calme quel que soit le problème, peut être rassurant. Si on est deux à paniquer pour la moindre chose, ça ne va pas marcher très longtemps. S’il n’y a que notre mec qui flippe, ça va nous agacer. En soi un homme qui fait preuve d’un « calme olympien » n’a rien de négatif.

En revanche lorsque c’est combiné à « impulsif et irresponsable » ça devient dangereux.

 

6. Impulsif et irresponsable

 

Des irresponsables, j’en connais des centaines. Des impulsifs aussi. La combinaison des deux serait explosive. Par « impulsif et irresponsable », on entend plutôt « mec qui cherche à se mettre en danger sans réfléchir aux risques et/ou conséquences de ses actes pour lui et/ou son entourage ». On va peut-être reporter notre week-end « aventure » en amoureux.

 

7. Quelqu’un qui a très peu d’amis

 

Personnellement, j’ai toujours trouvé louche les gens qui avaient plein d’amis. Les relations trop superficielles ne sont pas signe de stabilité. Mais quelqu’un qui n’a pas du tout d’ami (ou très peu) ça me laisse perplexe. Est ce que ça signifie qu’on est incapable de tisser des liens avec les gens ?

La question reste entière : à combien d’amis est-on considéré comme normal ?

 

8. Charmant mais superficiellement

 

Voilà le combo gagnant des nombreuses soirées auxquelles j’ai assisté. Deux ou trois regards « ténébreux », de belles paroles, répétées en boucle à toutes les filles qu’il croise, quelques blagues pour détendre l’atmosphère, un zeste de culture pour nous montrer qu’il en a dans le crâne et roulez jeunesse.

S’il est intelligent (et si c’est un psychopathe, il l’est), il réussira à maintenir l’illusion quelque temps. En société, nos proches le trouveront brillant et ne comprendront pas quand nous commencerons à nous plaindre de lui.

 

9. Quelqu’un qui ne fait que ce qui lui plait

 

Je pense qu’on peut simplifier cette définition par « égoïste » ?

 

10. Mépris des normes sociales

 

Là encore, je pense que c’est lié au complexe de supériorité. Pourquoi suivre des règles quand on estime être au dessus de tout et de tout le monde ?

 

            11. Un regard « intense »

 

Il n’y a pas de véritable précision sur ce que signifie « intense ». Cela signifie-t-il qu’il ne cligne pas des yeux ? Un regard « intense » peut-être soit flippant (genre serial killer) soit envoûtant  (genre James Bond).

 

En relisant la liste je m’interroge : dites, c’est grave si j’ai fréquenté beaucoup de sociopathes ? 

 

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Ah... Les hommes...
commenter cet article
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 12:00

 

Warning : été oblige, cet article est bourré de clichés.

 

Nous voilà enfin en juillet. Il fait beau (plus ou moins), il fait chaud (presque) et surtout on a envie d’une aventure de vacances. L’avantage de l’été c’est que les beaux mecs sont partout autour de nous ! Il suffit juste d’ouvrir un peu les yeux.

 

matthew mcconaughey

 Matthew, je t'attends...

 

En vacances

 

Le GO : En club de vacances, on ne peut pas ne pas le croiser : il passe sa journée à agiter ses fesses sous notre nez, dance autour de la piscine oblige (1). A force de le mater avec concupicense voir à moitié nu, bronzé, musclé, le sourire ultra bright, on se dit qu’un rapprochement ne serait pas une mauvaise idée. Ceci n’étant que la première étape de notre plan beaucoup plus caliente…

On commence par suivre les cours qu’il donne : step, planche à voile ou zumba, rien ne nous fait peur. Au nombre de nanas présentes, on comprend vite qu’on n’est pas seule sur le coup. Pas de panique, on essayera de diner à sa table le soir même. L’esprit club, il n’y a rien de tel ! Au pire, du pire, du pire on improvisera une danse langoureuse au « night » le soir.

 

Dans le même genre : le moniteur de plongée ou de planche à voile.

 

Le secouriste : Un peu comme dans Alerte à Malibu (2) ce jeune éphèbe est perché en haut de sa chaise, surveillant l’océan avec son regard bleu azur, ses abdos en béton armé, joliment dessinés grâce à son bronzage caramel et ses cheveux décolorés par le soleil. Je m’emporte. Depuis les exploits de Camille Lacourt, on sait toutes à quoi ressemble le corps d’un nageur et à défaut d’un nageur de l’équipe de France (ils sont tous occupés à Londres), on en ferait bien notre 4 heures de ce secouriste.

Notre technique d’approche est simple : tous les jours, on dépose notre serviette à côté de lui. C’est le moment d’essayer toute notre panoplie de bikini, trikini, une pièce ultra sexy. Il finira bien par lâcher l’horizon et poser ses yeux sur nous (en attendant le reste).

 

Dans le même genre : le surfeur.

 

Le serveur : Le « Nemrock », c’est le rade dans lequel on aime bien aller prendre l’apéro pendant les vacances. Bon, avouons que le mec qui nous apporte nos mojitos n’est pas complétement étranger à notre choix. Tom Cruise dans « Cocktail » vous vous souvenez ? C’est lui ! La scientologie en moins. On passe toutes nos fins d’aprés-midi, assise en terrasse en essayant de ne pas trop picoler. Se rouler dans ses draps, oui ; rouler par terre parce qu’on est raides mortes, non.

On se renseigne « discrètement » sur ses activités : « et toi, tu vas où à la plage ? », « les boites sont sympas dans le coin ? ». Ok on nous voit arriver à 3 kilomètres mais le temps presse, on repart dans 6 jours !

 

Dans le même genre : le physio de boite de nuit, le barman

 

Le mec du camion à pizza : « T’as jamais mangé une pizza de chez Marco ? mais attends, c’est les meilleurs de la côte ».  Evidemment, ça fait partie des obligations des vacances de tester les meilleurs pizzas donc on prend notre scooter/voiture/pieds et nous voilà devant le camion de Marco. Sauf que, personne ne nous avait prévenues que le pizzaiolo en question était beau à mourir…

Le problème c’est qu’on va devoir rapidement trouver le moyen d’avoir un rencard parce que manger des pizzas tous les jours, même si c’est sympa, c’est pas sûr que ça soit bon pour notre ligne.

 

Dans le même genre : le vendeur de fruits et légumes sur le marché.

 

 

La semaine prochaine, on parlera des amants potentiels qu’on rencontre quand on est tout l’été au bureau ! Parce que même coincée au boulot on mérite de vivre notre aventure de l'été ! Non mais... 


 

(1) : pour les néophytes, les animateurs sont obligés de faire la « dance du club » au moins une fois par jour autour de la piscine de l’hôtel

 

(2) : les plus jeunes googeleront

 

 

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Ah... Les hommes...
commenter cet article
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 00:00

 

« Les liaisons dangereuses » est l'un de mes livres préférés. J’ai adoré son adaptation par Stephen Frears avec le génial John Malkovich. J’ai même visionné sa version ado, « Cruel intentions » (qui ne restera pas dans les annales du cinéma).

Depuis quelques mois, John Malkovich met en scène la pièce au théâtre de l’Atelier. L’occasion de constater que ce texte bien qu'écrit au XVIIIème siècle parle de nous et de nos relations amoureuses. Croyez moi, des Valmont on en rencontre plus souvent qu’on ne le souhaiterait.

 

Les liaisons dangereusesPhoto prise par ma copine "Vie de garces" lors de notre soirée théâtre

 

Valmont le manipulateur

 

Pour arriver à ses fins, Valmont ment, trompe et manipule. Yannik Landrein, qui joue magnifiquement le rôle dans la pièce, inspirera à coup sûr les apprentis séducteurs. L’entendre travestir la réalité avec autant de facilité nous rappelle quelques hommes qui ont traversé nos vies. On se rappelle à quel point il était doux de les entendre nous mentir. Nous étions les objets d’une convoitise qui suscitait les plus belles envolées lyriques, les gestes les plus romantiques. Combien de fois sommes-nous tombées dans le panneau, combien de fois nous sommes nous dit « avec moi, il sera différent » ?

Les manipulateurs aiment la chasse mais n’apprécient jamais le succès à sa juste valeur. Dommage qu’ils ne se rendent pas compte que, de nos jours, le plus difficile ce n’est pas de coucher avec une femme. Le plus dur c’est de la garder.

 

Valmont le narcissique

 

Il est convaincu qu’aucune femme ne lui résistera. A l’entendre, il est trop intelligent. Comme c’est la conquête qui l’intéresse par dessus tout, il concocte les plus habiles stratagèmes afin que ces cibles lui tombent directement dans les bras. Tout l’intérêt du jeu est dans l’élaboration du plan de bataille. « Non » n’est pas une réponse satisfaisante. D’ailleurs, plus on lui dira « non » plus il essayera. En revanche, celles qui lui disent « oui » trop vite ne sont pas intéressantes, il n’en veut pas.

Il estime que sa supériorité intellectuelle lui permet d’obtenir ce qu’il veut, même s’il doit y passer des mois. Inlassablement il persiste là où d’autres auraient abandonné depuis longtemps.

 

Valmont l’immature

 

L’attrait de ce qui est « défendu » montre une certaine immaturité. L’être humain désire souvent ce qu’il ne peut avoir mais chez Valmont ce trait de caractère est exarcerbé. Comme un enfant, il veut les jouets des autres (en l’occurrence leurs femmes), puis quand il les a, il les casse et part en prendre d’autres plus beaux et plus neufs.

Lorsqu’en revanche, on l’oblige à s’en défaire, il n’est plus que souffrance et pleurnicherie. Il aura néanmoins oublié sa mésaventure quelques heures après et focalisera son attention sur autre chose.

 

Ne me dites pas que vous n’en avez pas un comme ça dans votre entourage ?

 

Si vous ne connaissez pas « Les liaisons dangereuses », je ne peux que vous encourager à lire le livre. Si vous êtes à Paris, il ne vous reste que quelques jours pour aller voir la pièce.

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Ah... Les hommes...
commenter cet article
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 12:00

 

Selon une étude anglaise (encore une), les hommes mentent 6 fois par jour et deux fois plus souvent que les femmes ! Voilà qui tordra le cou aux idées reçues, « les femmes sont tellement manipulatrices, elles mentent sans arrêt ». Ben voyons.... Maintenant que les Anglais ont établi que les hommes sont des menteurs, le net répertorie leurs mensonges les plus courants.

Suite à la lecture de cet article (clique ici), je me suis lancée dans la mienne. A compléter dans les commentaires !

 

menteur

 

 

Je suis photographe, réalisateur, musicien, comédien – Je suis informaticien, auditeur, serrurier mais ça fait plus classe de te parler de mon hobby.

 

Mon portable déconne complètement, je ne reçois plus les sms – J’en peux plus des sms à la noix que tu envoies compulsivement.

 

Je ne suis plus en très bons termes avec mon ex – C’est elle qui m’a quitté la S… !

 

Je n’ai jamais eu de panne, c’est la première fois que ça m’arrive – Pas le moment de la faire flipper.

 

J’ai très envie de me marier et de fonder une famille – Bon on couche ensemble là ou bien ?

 

Evidemment que je suis célibataire - Bon con ouche ensemble là ou bien ? Ma femme va commencer à se demander où je suis passé.

 

Bien sûr que non je ne suis pas bourré ! Il m’en faut beaucoup plus – Je sens que je vais vomir, dégage de mon chemin.

 

J’étais coincé en conférence téléphonique toute la soirée, je ne pouvais pas appeler pour te dire que je rentrai tard – J’ai passé la soirée avec ma maitresse.

 

J’ai hyper envie d’aller chez ta mère mais j’ai un truc très important à finir ce weekend. C’est pour le boulot. – Ta mère me sort par les oreilles, je n’en peux plus.

 

Tu es très jolie ! Bon y va maintenant ? – Je me fiche complétement de ce que tu portes, on va être en retard.

 

Grosse ? Ah non, je ne trouve pas – Evitons le conflit à tout prix !

 

Mais bien sûr que je t’écoute – Cause toujours tu m’intéresses.

 

 Je ne sais pas passer l’aspirateur, changer la housse de couette, débarrasser le lave-vaisselle – Je n’ai pas envie de passer l’aspirateur, changer la housse de couette, débarrasser le lave-vaisselle.

 

Je suis allergique aux chats – J’en ai une trouille bleue.

 

Je t’aime – Réponse à donner dès qu’elle pose une question à laquelle je n’ai pas envie de répondre.

 

 

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Ah... Les hommes...
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 00:00

 

 

Les hommes pensent souvent que les femmes se font des films. Encore une légende urbaine. Il semblerait que lorsqu’on entend « tu veux venir dîner à la maison ? », notre cerveau traduise par « tu veux emménager chez moi ? » Pffff… Admettons que certaines d’entres nous ont une imagination débordante mais avouons également que si les hommes étaient plus clairs, on imaginerait moins de choses.


Ce message s’adresse donc aux hommes : dites nous la vérité, toute la vérité, rien que la vérité d’entrée de jeu histoire qu’on ne perde pas notre temps ou qu’on le passe à tout analyser en nous faisant des films.

 

homme femme lit

 

Si vous le pensez, dites-le !

 

- Je n’ai pas envie d’être en couple et tu n’y changeras rien

- Je ne suis pas amoureux de toi

- Mes potes primeront toujours sur ma vie sentimentale

- Je n'aime que moi

- Je ne veux pas d’un bébé, ni maintenant ni jamais

- Je suis incapable d’être fidèle donc n’attends pas que je le sois

- Je n’épouserai jamais une femme qui n’a pas la même religion que moi

- J’ai déjà une femme que je ne compte pas quitter

 

Tous ces exemples, et bien d'autres, marchent aussi pour les femmes. Pourquoi ne pas dire ce qu’on veut vraiment dès le début ? Ca nous évitera bien des prises de tête. Je reste persuadée que les mecs aussi se font des films en dolby suround dans leur tête !

Tout le monde le dit : la communication c’est la base du couple. En revanche, pas certain que tout le monde applique à la lettre cette évidence.

 

Si les choses étaient claires dès le départ, quel gain de temps pour tout le monde. On a déjà du mal à se comprendre, pas la peine de compliquer la donne.

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Ah... Les hommes...
commenter cet article
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 11:00


Depuis quelques semaines les journaux people ne parlent que de ça : George Clooney a une nouvelle amoureuse, Stacy Keibler. Sachez-le, ça fait des années que ma copine Maureen et moi sommes persuadées que si on croisait George, nous n’en ferions qu’une bouchée. Ca serait mieux qu’on ne le rencontre pas en même temps pour conserver notre amitié intacte. Que les choses soient claires : George Clooney est à la portée de chacune d’entre nous ! (Prem's !!!)

 

george clooney

 

 

Si on se fie à ses nombreuses conquêtes, voilà ce qu’on peut en retenir :

Si vous cochez plus de 5 critères c'est que j'ai raison !

 

1/ Physiquement il aime les blondes, les brunes et les rousses.


2/ Serveuse, présentatrice télé, barmaid, actrice ou catcheuse, peu importe notre métier, ce qui compte c’est notre capacité à le trouver merveilleux.


3/ Plus jeune ou plus vieille (comme Talia Balsam, la seule qu’il a épousée), l’âge ne compte pas. Qu’on ait 20, 30 ou 40 ans, on peut le charmer.


4/ Il sort avec toutes les nationalités : française, italienne, américaine, australienne, anglaise…


5/ Nous sommes déjà complétement fan de son meilleur pote, Brad Pitt. Nous serons ravies de faire la fête avec lui.


6/ L’Italie est son refuge ? La région des lacs nous a toujours attirée. Le romantisme de Côme, les balades en bateau, du chianti et quelques bons plats de pâtes : what else ?


7/ Les animaux domestiques ne sont pas un problème pour lui, il a voué un véritable culte à son cochon pendant des années. Notre chat/chien/poisson rouge vivra en parfaite harmonie dans son immense villa.


8/ Ses relations les plus longues durent quatre ans, ce qui nous laisse le temps de le rencontrer, de sortir avec lui et de le passer à l'une de nos copines au bout de deux ans (la moyenne de ses dernières histoires)


9/ Nous sommes jolies, drôles, intelligentes, prêtes à nous engager pour le Darfour, que pourrait-il vouloir de plus ?


10/ L’espoir fait vivre et nous, nous avons décidé de vivre très longtemps ! ★ 

 

 

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Ah... Les hommes...
commenter cet article
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 12:00


La célèbre marque suédoise de meubles en kit a trouvé une parade incroyable pour que nos mecs / frères / potes (bras musclés masculins qui portent des trucs lourds) nous accompagnent faire des courses sans râler. Impossible pensez-vous, et pourtant « Ikea est là ». Hot dogs, écrans plats et jeux vidéo sont là pour les occuper tandis que nous nous perdons dans les allées.

 

ikea-manland.jpg

Manland à Sydney

 

Jusqu’à présent, il y avait le Småland, « une zone de jeu surveillée pour les 4-7 ans, située près de l’entrée » spécialement conçue pour les enfants qui s’ennuient lorsque leurs parents réaménagent leurs placards, font des plans pour leur cuisine ou s’interrogent sur la possibilité de prendre un nouveau canapé.

 

« Dès votre arrivée, vous pouvez déposer votre enfant pour une visite du magasin en toute quiétude. Vous pouvez, si vous le souhaitez, le récupérer en milieu de parcours, à l'entrée du Libre Service Marché. Chaque semaine le Småland vous propose une activité manuelle, comme la peinture sur pot, le moulin à vent, ou le pense-bête... Pour la sécurité de votre enfant, nous vous demanderons une pièce d'identité à l'admission et à la restitution de l'enfant. »

 

Une solution qui semble idéale pour ne pas avoir à supporter les cris d’impatience de notre progéniture : « C’est bientôt fini Maman ? Dis maman, on rentre à la maison ? M-A-M-A-N !!! » poussés au bout de 3 minutes de pérégrination dans l'antre bleu et jaune.

 

Les hommes : de grands enfants ?

 

A l’occasion de la fête des pères en Australie, Ikea a essayé le centre de jeux pour hommes. Manland est la version adulte-mâle de Smaland. Votre amoureux n’aime pas faire du shopping ? Grâce à Manland, vous n’aurez plus besoin de l’entendre geindre et se plaindre. « On n'a pas besoin d'une nouvelle housse de couette »« A quoi ça sert d'acheter une nouvelle étagère ? L'ancienne est très bien »... Déposez-le à une jeune hôtesse et récupérez-le plus tard. (Sauf s’il est parti avec l’hôtesse…)

A défaut de peinture sur pot ou de moulin à vent, place au babyfoot, à Space Invader et au flipper. Le paradis pour hommes selon Ikea.

Le plus merveilleux ? Les femmes disposent d’alarmes qui les préviennent de venir récupérer leur cher et tendre au bout de 30 minutes. On ne sait jamais, elles auraient pu les oublier.

(Que celles qui finissent leurs courses en 1/2 heure chez Ikea me fassent signe)

 

Misandrie à peine dissimulée ?

 

Je me demande quelles auraient été les réactions si une marque de voiture avait eu la même idée : « Les femmes ne s’intéressent pas aux voitures, cantonnons-les à ce qu’elles aiment faire : des manucures/de la cuisine/de la couture ». Ce qu’il y a de bien avec le sexisme, c’est qu’il va dans les deux sens.

Le raisonnement est simpliste simple : nous sommes des femmes, nous aimons faire du shopping. Sauf que, entre perdre mon temps dans des allées trop grandes avec un caddie géant pour trouver une poignée de porte et jouer aux jeux vidéo, mon choix est vite fait.

La bonne nouvelle c’est que Manland n’a été que temporaire en Australie. La mauvaise nouvelle c’est qu’une pétition circule pour faire perdurer ce nouvel espace. 

 

Question quizz : dans un couple homo, qui reste dans le centre aéré ? 

 

Source : HuffingtonPost 

 

Une petite vidéo pour illustrer la "garderie"

 

 

 

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Ah... Les hommes...
commenter cet article
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 12:00

 

Voilà une question que je ne m’étais jamais posée : est-il possible de porter plainte contre un connard manipulateur ? Selon l’auteur du blog John Lee Maverick, la réponse est non. Franchement ? Qui l’eût cru 30 secondes ? Reste que la demande de son lecteur m’a faite beaucoup rire. J'ai adoré le "Puis-je porter plainte, pour préjudice moral par exemple ?" Ben tiens... si on pouvait le faire, j'en connais un paquet qui passeraient leur temps dans le box des accusés.

 

Femme pantin

"Creepy Puppet on string"

 

L’histoire est simple : un homme est amoureux d’une femme qui ne l’aime pas mais qui joue avec ses sentiments. Elle lui laisse espérer qu’une histoire serait potentiellement possible, couche avec lui et finit par lui dire que « finalement non ». Ca vous rappelle vaguement quelque chose ? Voire cette histoire est tellement familière que vous auriez pu la raconter ? Combien de fois avons-nous eu le cœur brisé par un homme qui nous faisait miroiter un avenir commun alors que ce qu’il avait vraiment en tête c’était passer une nuit avec nous ?

Devons-nous en déduire que les hommes sont des femmes comme les autres ?

 

Si nous avions porté plainte à chaque fois qu’un mec avait mis à mal nos espoirs, les tribunaux du monde entier seraient saturés. Imaginons les dépôts de plaintes :


- L. porte plainte contre A.  parce qu’il ne l’a pas rappelée le lendemain de leur premier rendez-vous alors qu’il l’avait promis. Rhooo c’est moche de ne pas tenir ses promesses.

- M. porte plainte contre S. parce qu’il a dragué d’autres filles sous son nez alors qu’ils sortent ensemble depuis quelques mois. Rhooo c’est moche de draguer.

- C. porte plainte contre N. parce qu’il a sous-entendu qu’il s’intéressait à elle alors qu’il était déjà en couple avec une autre. Rhooo c’est moche de tromper sa femme.


Comment le juge ferait-il la différence entre un égo blessé et un cœur en miettes ? La nuance est d’importance. Elle servirait à évaluer le préjudice pour fixer une amende. Combien d’euros pour un chagrin d’amour causé (in)volontairement ?  300, 3000 ou 30 000 euros.

Parce qu’à la fin, c’est ce que le jeune homme cherche non ? Savoir si son malheur est monnayable. Et on ose dire que les femmes sont vénales ! «Préjudice moral » dit-il, la bonne excuse.


Si seulement ça existait pour ce cas de figure, je suis certaine que nous serions nombreuses à être millionnaires. 

 

Vous avez une question (juridique, de cœur, de culture générale…) ? John Lee Maverick a (peut-être) la réponse ! Notons l’importance du « peut-être » dans cette phrase.

 

Petit questionnaire à remplir pour ceux qui ne l'ont pas encore fait. 30 secondes top chrono !


Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Ah... Les hommes...
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 12:00

 

Les rencontres par internet sont de plus en plus communes. Combien sommes nous à avoir trouvé notre amoureux grâce à un site de rencontres ou aux réseaux sociaux ? Ça peut fonctionner parfaitement. En revanche, combien de types vraiment bizarres avons nous dû affronter pour trouver le bon ? Le net pullule de gens louches… Voilà un mini échantillon. (A vous de compléter la liste !)

 

Ordinateur

 Aurore Cerise'c pics

 

 

En planque derrière son écran

 

Le bulot

Nos échanges commencent mal : ses messages sont bourrés de fautes d’orthographe. « Salut ! j’te trouves joli sure ta tof. Tu veut qu’ont parle ? » A priori, on n’a pas vraiment envie de continuer cet échange. Comme il insiste et qu’on s’ennuie est sympa, on lui répond. Mais rapidement, la conversation tourne en rond, le bulot n’ayant pas beaucoup de choses à dire. Il répète d’ailleurs en boucle « T’est trop bel ! on peu ce voire ? ».

Promis dès que tu auras un Bescherelle !

 

 

L’Adepte du sexe via webcam

Il n’est pas vraiment pressé de nous rencontrer : notre webcam (et la sienne) lui suffisent. Tout commence par un banal « tu as une cam ? J’aimerais bien te voir ». Au départ, on ne voit pas où est le mal. Au contraire même. Après un échange assez standard il commence à nous demander si on voit un problème au fait qu’il se déshabille un peu « je meurs de chaud » ajoute-t-il. Quelques minutes plus tard, on se demande où sont passées ses mains… C’est le moment qu’il choisit pour incliner la webcam. Le plan suivant ne laisse aucune place à l’imagination… « Ca t’ennuie si je me touche en te parlant ? Ça m’excite… Je n’en ai plus pour longtemps. Tu sais ce qui m’exciterait encore plus ? Que toi aussi tu te touches. Enlève ton t-shirt que je voie tes seins. »

Oups, on a déjà fermé la fenêtre de discussion.

 

Le détraqué

Autant l’adepte de la webcam est assez inoffensif, autant le détraqué est TARÉ et mérite qu’on le dénonce assez rapidos ! Quand il comprend qu’il ne nous plait pas, il inonde notre boite de mails d’insultes « S****E ! Tu te prends pour qui ?!? J’espère que tu arrives à prendre ton pied toute seule parce que jamais personne ne voudra de toi ! T’es trop moche ! T’es trop C***E ! Les P**ES de ton espèce je les mate moi ! »

 

 

Dans la vraie vie

 

Le mec qui ne ressemble pas à sa photo

Il a une photo de profil sublime. Quand on l'a vue, on a tout de suite craqué. Pour être honnête, s'il est à moitié aussi beau en vrai, on sait que notre coeur va faire des bonds. On attend fébrilement notre rencontre. Le jour J arrive enfin... sauf que quand on le voit, on ne le reconnaît pas !

Ce mec n'a rien à voir avec sa photo ! Il a 10 ans de plus, 10 kilos de plus, il perd ses cheveux (c'était pour ça la casquette sur la photo !), des yeux globuleux (aaaaah les lunettes de soleil !) et il a un vrai problème de look. 

 

Le mythomane

Son CV est impressionnant : il a fini ses études supérieures à 20 ans, possède un double cursus, un job de rêve. Il parle couramment 5 langues. Il fait aussi du bénévolat le week-end. 

Il n'a rien à dire... Quand on lui pose des questions sur son boulot, il est hésitant, répond souvent à côté... A se demander s'il sait en quoi ça consiste ?

 

Le mec qui n’est pas célibataire

A priori, nos échanges ne laissent pas planer le doute : ce mec est célibataire. Quelle autre raison aurait-il eu de s'inscrire sur un site de rencontres ? Plus on se parle, plus c'est chaud bouillant. On a hâte de le voir pour confirmer (ou pas) cette attraction.

Seul bémol, il a oublié de nous dire qu'il était en couple. Son inscription sur ce site ? S'offrir une aventure et oublier son amoureuse quelques heures. Malheureusement, on l'apprend APRES avoir couché avec lui « Encore merci pour cette soirée ! Je dois vraiment y aller là, ma nana risque de mal le prendre si j'arrive en retard ».

 

Le mec qui tient un carnet de ses conquêtes

Beaucoup se servent de sites de rencontres pour cumuler les conquêtes. Certains ont même écrit des livres sur le sujet « Je nique sur Meetic » (tout un poème). C'est simple, efficace, pas besoin de beaucoup se prendre la tête. Après avoir passé une nuit avec nous, nos performances se retrouvent consignées dans un cahier noir avec des notes, les différentes positions...  

 

Mais pour (re)lire de jolies histoires d’amour commencées sur le net : « On peut rencontrer l'homme de sa vie sur le net !» 

 

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Ah... Les hommes...
commenter cet article

Auto-Promo

Boite aux lettres

Souvenirs

Twitter

Facebook