Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 12:00

 

La rentrée c’est les bonnes résolutions pour le boulot, l’achat des fournitures scolaires pour les enfants et le week-end « éclairs » chez Fauchon. N'ayant pas d'enfant en âge d'aller à l'école, je vais donc faire ma rentrée Fauchon. 

 

eclairs Fauchon

 

L’année dernière j’étais allée faire un tour à la boutique place de la Madeleine. Cette année, un coursier est venu m’apporter les éclairs à la maison. J'adore Fauchon !

Le problème est toujours le même :  ils sont tellement jolis que l’on n’ose à peine les manger. Rassurez-vous, je trouve toujours le courage de le faire pour le bien de ce blog. Mon sens du sacrifice a toujours été immense.

 

eclairs fauchon

 

Cette année, les pâtissiers de chez Fauchon rendent hommage au Japon avec l’éclair Hokusaï et l’éclair Koïnobori.

Le premier représente le tableau « La Grande Vague de Kanagawa » du peintre Hokusaï. A l’intérieur c’est une crème à la vanille et au beurre d’Échiré demi sel. Malheureusement, je n'ai pas été très emballée ni par le fourrage ni par la coque. 

Le second ressemble aux poissons multicolores que les enfants font flotter le 5 mai pour leur fête. Dans celui que j’ai dégusté il y avait une crème vanille fraise que j'ai bien aimé mais pas autant que celle du Rainbow dont je vous parlais l'année dernière.


J’ai trouvé l’idée du thème du Japon séduisante puisque ne connaissant ni l'artiste ni la fête, je suis allée me renseigner sur Wikipédia.

Voici le lien pour Hokusaï et voici celui de Kodomo-no-hi pour ceux que ça intéresse.

 

éclairs Fauchon

 

La bonne nouvelle c’est que tous les autres goûts sont réédités et que le « week-end » se transforme en « mini semaine ». Le prix restant élevé (7 euros) il va falloir faire un choix parmi les 27 recettes. Mes favoris : le Rainbow, le Paris-Brest, le Mangue-Banane.

 

Si vous n'aimez pas les éclairs mais que vous êtes sur Paris, je vous conseille d'aller regarder les vitrines, c'est magnifique ! Ça commence aujourd'hui et ça se termine le 7 septembre. 

 

 

 

(Re)lire mon article sur la précédente édition.


Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Testé et approuvé (ou pas)
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 12:00

 

Depuis quelque temps, les box sont à la mode. Ça a commencé avec les box beauté, ensuite il y a eu les box à thème avec plein de bidules dedans, les box « jeunes mamans »… bref, les box c’est une histoire sans fin et ça peut se décliner à l’infini.

Je n’ai pas encore cédé à la tentation mais ça me rappelle un peu le club des amies de Barbie. Tous les mois j’attendais avec impatience de recevoir une surprise en plastique rose bon marché et une lettre signée de la main de Barbie.

J’imagine que là c’est un peu la même chose ?

 

Envouthé Theodor

 

Andie Crispy, qui me connaît bien, m’a parlé des box « Envouthé » qui, comme leur nom l’indique, sont consacrées au thé. J’ai testé la petite dernière, la box collector « Carpediem Time » en partenariat avec la maison de thé Theodor.

 

J’ai toujours eu un peu peur du côté « arnaque » des box. Pour avoir lu plusieurs notes de blog sur le sujet, j’ai l’impression que beaucoup envoient des échantillons ou des vieux trucs dont personne ne veut. « Envouthé » a donc été une excellente surprise.

Au programme :

- une boite de thé 100g.

- 6 sachets de 3 thés différents.

- 2 sachets de thé en vrac.

- 3 « Kundalini » mélange entre de la confiture et de la gelée de thé.

« Envouthé » propose également un magazine pour nous faire découvrir les différents thés qui sont dans la box et des recettes pour les cuisiner (gâteaux, entremets…).

 

Envouthé Theodor

 

Mon verdict : J’ai été charmée par cette box. Grande amatrice de thé, je ne connaissais pas la maison Theodor, mon erreur a donc été réparée. Devant la variété du contenu de cette box, j’ai pu tester différentes saveurs.

Mention spéciale pour « Je suis désolé(e)… », un thé noir qui marie fruits du dragon et baies de Goji : un délice.

Le prix de l’abonnement : 15,90 euros. Le même prix que toutes les box me semble-t-il ? Comparé au prix de vente de la boite de thé Theodor (19,95 euros), ça vaut vraiment la peine.

Et vous les box ? Vous avez déjà testé ? 

 


Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Testé et approuvé (ou pas)
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 12:00

 

Nichée au fond d’une petite cour remplie de fleurs et d’arbustes, on trouve la maison du Dr Hauschka. Pour celles qui n’en ont jamais entendu parler, Dr Hauschka est une marque allemande de cosmétique bio. Sonnez à la porte et entrez dans un monde serein au milieu d’un Paris effervescent.

 

Maison Dr Hauschka

 

Alors que les instituts de beauté pullulent dans la capitale, la maison du Dr Hauschka promet bien-être et santé de la peau. Dans un écrin de douceur, les « bio-esthéticiennes » vous prodiguent des soins qui respectent les tissus de votre visage. Pas de pétrissage ou de palper rouler, ici on applique les crèmes et les huiles avec une technique toute particulière : une stimulation lymphatique par une application des mains sur le visage. Les gestes sont fluides, avec un mouvement qui fait penser à celui des vagues. C’est reposant et on se sent toute légère après son soin.

 

J’ai testé le soin « plénitude »* qui commence par un bain de pieds avec des huiles essentielles. Puis, allongée dans un fauteuil qui épouse la forme de notre corps, l’esthéticienne s’occupe de nos jambes avec une huile ou une crème spécifique à nos problèmes éventuels. Le meilleur est à venir : un bercement du visage avant de commencer les soins. A ce moment là, vous flottez dans une bulle de légèreté.

 

La démarche de la marque est assez simple : respecter la peau sans l’agresser. Pas de dérivés de pétrole, de parabens ou de solvants mais du bio, rien que du bio, et des plantes aux vertus médicinales.

Personnellement, j'aime beaucoup la gamme au citron qui me donne l’impression d’être en été toute l’année. Mon inconscient espère aussi que lorsque je m’applique de la lotion pour le corps à la citronnelle, je fais fuir les moustiques. Réponse cet été !

 

Vous l’aurez donc compris, je suis fan de cette marque et ne peux que vous la conseiller !

 

 

La Maison Dr.Hauschka

39 rue de Charonne

75011 Paris

Tél. 01-43-55-40-55


 

Ouvert le lundi de 14h à 19h et du mardi au samedi de 10h à 19h

Les soins sont uniquement sur rendez-vous

 

* 149 euros pour 2 heures

 

 

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Testé et approuvé (ou pas)
commenter cet article
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 12:00

 

A Paris, il existe une chaine de clubs de fitness « Les Cercles de la Forme ». 

Tous mes amis qui vont « aux cercles » en étant satisfaits, j’ai signé avant même d’y mettre un pied. Un petit tour au club de Saint Lazare a suffit à me faire une opinion : les Cercles de la Forme c’est les Cercles de l’Enfer.

 

logo_cercle_de_la_forme.jpg

 

"Les cercles de la forme" m'interdisent d'utiliser une photo de leur site.

Je mets donc leur logo (que tout le monde a le droit d'utiliser).


Précisions : Dans cet article, je ne parle que de la salle de la rue Saint Lazare. A priori, Lecourbe et de République sont plus agréables. Pour les autres, à vous de me dire.

Retour sur ma descente aux enfers...

 

Cercle 1 : L’accueil

Pas de perte d’espace, l’entrée du club est juste à côté des machines. L’odeur de sueur quand on passe la porte nous met tout de suite dans l’ambiance… Les mecs à l’entrée ne sont pas très accueillants. Ils vous montrent pas où se trouvent les vestiaires, les salles ou les appareils. Chacun pour soi. 

 

Cercle 2 : Le vestiaire

Il n’y a qu’un seul vestiaire pour les filles, deux pour les hommes. Je ne pourrais parler de ces derniers parce que je n’y suis pas allée… 

Arrivée avec 25 minutes d'avance sur le cours, ma première mission est de trouver un vestiaire. J’ai beau chercher dans tous les coins, tous les casiers ont un cadenas. Un peu éberluée, je demande autour de moi ce qu’il faut faire dans ces cas là ? « Soit tu laisses tes affaires dans un coin, soit tu les laisses à l’accueil ». On s’agglutine donc devant l’accueil pour qu'ils gardent nos sacs. Une jeune femme intervient : « C’est crade par terre, on les met où nos manteaux ». Regard perplexe de l’homme.

C’est décidé, je laisse mes fringues mais je garde mon sac à main avec mes clés, mon téléphone, mes cartes bleues…

 

Cercle 3 :  Le nombre de gens

En cherchant la salle de cours, je tombe sur une file de nanas qui poireautent dans un couloir. Elles m’apprennent qu’elles attendent le cours de cuisses-abdos-fessiers. Disciplinée, je me mets dans la queue. Le cours commence dans 15 minutes, mais j’apprends que les places sont chères si on veut y assister. Certaines doublent tout le monde sous les grognements des autres.

C'est pire que le RER A aux heures de pointe.

 

Cercle 4 : La salle

Lorsque vous entassez des dizaines de dizaines de filles (et un mec) dans une pièce minuscule, ça ressemble à un élevage de poules en batterie. Les tapis sont collés les uns aux autres et le prof (qui n’a pas la place de faire un seul exercice) nous dit « c’est un peu comme un tetris, il faut faire en sorte que tous les tapis puissent entrer dans la salle ». Tout le monde est atterré.

Notre salle se transforme vite en salle de yoga Bikram, sans le yoga. Héroïquement, une fille libère sa place, navigue entre les autres et ouvre une fenêtre. On a presque envie de l'applaudir !

 

Cercle 5 :  Le cours

Faire un cours de cuisses-abdos-fessiers avec pour seul espace un tapis de gym, c’est compliqué. Impossible de faire un exercice avec une jambe étirée devant ou derrière sous peine d’éborgner vos voisins ou de vous faire éborgner. Lorsqu’on doit gainer nos muscles en mode « je fais des pompes », le prof crie « mettez-vous en quinconce, vous y arriverez mieux ». 

L’apogée est atteint lorsqu’au bout de 30 minutes le prof commence les étirements. « Excusez moi, hèle une des filles, à quelle heure termine le cours ? » Grand seigneur il répond « Comme je suis arrivée un peu en retard, j’ai fait un peu plus long que d’habitude ». Seul problème, notre cours devait durer 45 minutes… « Ah bon ? Bon alors, debout tout le monde on va bosser les cuisses ».

Ah ? On avait vraiment l'impression que c'est exactement la partie qu'on avait bossé en début de cours.

 

Cercle 6 : L’endroit

J’avoue, au bout de ces 45 minutes en enfer, j’ai préféré ne pas rester pour le cours suivant. Une des fille m’explique : « L’autre salle est encore plus naze. Il y a des poteaux un peu partout donc pendant les cours de step on ne voit pas le prof ». En passant devant les quelques machines, je m'aperçois que pas un centimètre carré n'est disponible.  Ca donne envie.

 

Cercle 7 : Le hammam/sauna

Je récupère mes affaires à l’accueil, en me disant que si j’avais voulu choisir un autre sac que le mien, j’aurais pu sans aucun problème. Retour dans le vestiaire où je trouve un mini coin pour me changer. En face de moi, le sauna (ou hammam). Il est éteint, personne ne semble pressé d’y aller.

 

Cercle 8 : Les douches

Je n’ai pas essayé les douches. J’ai préféré attendre d’être chez moi pour en prendre une. En effet, les filles m’ont prévenue : « la propreté c'est pas ça », « il n’y a pas de pommeaux de douche », « c’est soit glacé, soit brûlant ». Effectivement, autour de moi tout le monde enlève ses fringues de sport et enfile sa tenue de ville sans passer par la case « nettoyons notre sueur sur place ».

 

Cercle 9 : Les gens

J’avoue, le 9ème cercle est le seul cercle qui n’est pas, à proprement parlé, infernal. L'unique point positif à ce club : tout le monde se parle et on se fait des copines en moins de 10 minutes. Etre en enfer, ça crée des liens !

 


Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Testé et approuvé (ou pas)
commenter cet article
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 12:00

Noël est passé et le jour de l’an ne saurait tarder. Il y a deux ans, je vous parlais de « Jours de fêtes », une fête foraine au cœur d’un des plus beaux musées parisiens, le Grand Palais. Cette année, j’ai eu la chance de pouvoir tester en avant-première les attractions et je vous invite vraiment à y aller si vous êtes à Paris.

 

jours de fêtes grand palais

 

Depuis le 16 décembre, on peut aller faire un tour de grande roue dans la nef du Grand Palais. Mises en œuvre par le célèbre Marcel Campionles précédentes éditions de « Jours de Fêtes » ont connu un succès considérable avec en moyenne 250 000 visiteurs. La recette est toujours la même : des attractions, des pommes d’amour et beaucoup de bonne humeur.

 

L’avantage d’y être allée lors de la soirée de lancement c’est qu’il n’y avait pas beaucoup de monde et que je n’ai pas attendu pour faire les manèges. Le stand où il y avait le plus d’attente était celui des hot-dogs !

 

La grande roue est toujours présente. Perchée à 33 mètres de hauteurs sous la nef : un enchantement. On retrouve également la maison hantée, le toboggan géant, les auto-tamponneuses, la pêche aux canards… mais la vraie nouveauté c’est un grand huit ! Pas de chance, il ne fonctionnait pas le soir où j’y suis allée. Dommage parce que c’est ce que je préfère.

J’avoue, j’ai refusé de faire le bidule qui tourne dans tous les sens, où on a la tête en bas et les pieds en l’air. Les hurlements des participants m’ont légèrement refroidie… Au moins dans Space Moutain, c’est dans le noir donc je n’anticipe pas. Quant au toboggan géant, il n’y avait que des parents qui le faisaient donc l’année prochaine, je kidnappe un enfant pour le faire sans que tout le monde me regarde de travers.


L’autre nouveauté, le prix : 10 € pour les enfants et 15 € pour les adultes. C'est plus cher qu’en 2009 mais cette fois, tous les manèges sont gratuits, au lieu des 2 ou 3 euros par attraction. C’est donc vraiment rentable.

Bonnes fêtes de fin d'année et on se retrouve en 2012 !

 

 

Ouverture tous les jours de 11h à 23h30 (fermeture des caisses à 22h)

Fin des festivités le 2 janvier !

Grand Palais, Avenue Winston Churchill, Paris 8eme. 

 

Quelques photos sur Facebook.

 

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Testé et approuvé (ou pas)
commenter cet article
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 13:52

 

LFPQ n’est pas un blog cuisine mais ça ne m’empêche pas de tester des cupcakes ou des éclairs pour vous. Uniquement pour vous bien entendu. En revanche, quand je rencontre des blogueurs dits « blogueurs cuisine », je me rends compte que je n’y connais absolument rien. La preuve avec une soirée « vin et fromage » organisée par Fauchon.

 

Fromage Fauchon

Copyrights Andie Crispy

 

La blogosphère est un endroit moins nébuleux qu’il n’y paraît. Tout le monde peut se ranger dans une case. Lorsque ELLE m’a classée dans la catégorie « Love and Sexe » j’avais avoué ma surprise. Love soit, mais sexe ? Notez que j’ai essayé de m’améliorer et d’en parler plus qu’aux débuts de LFPQ.

Mode et Beauté sont deux catégories distinctes auxquelles je ne comprends absolument rien. Je ne suis pas la mode ou les tendances comme le pense certaines attachées de presse qui ne lisent pas le blog.

La catégorie Dessins est également hors d’atteinte : je dessine beaucoup trop mal !

Quant aux blogs culinaires, je suis totalement hors sujet ! Je m’en suis aperçue la semaine dernière.

 

Il y a aussi les blogs politiques, les blogs littéraires, les blogs journaux intimes… bref, c’est sans fin.

 

En ce qui me concerne, une journée sans fromage est une journée de perdue. Lorsque Fauchon m’a invitée à sa soirée de dégustation je ne pouvais pas dire non. Quarante blogueurs et journalistes étaient là, quasi tous spécialisés. Une des blogueuses s’est approchée de moi et ne connaissant pas LFPQ (et comprenant que je n’était pas une spécialiste culinaire) est repartie aussitôt pour aller parler avec une fille plus au courant que moi. Pas grave, moi j’étais là pour le fromage !

 

 

Heureusement que j’ai rencontré Andie quelques minutes après. A priori dans le même état d’esprit que moi, nous avons mangé les fromages en poussant des « ohlala c’est un délice », « oh mon Dieu je vais mourir », « mmmmmmmmm…. ». La bande son aurait pu être interdite au moins de 16 ans. Les autres avaient l’air beaucoup plus inspirés en détaillant chaque arôme et chaque sensation.

Quant à l’éclair « Paris-Brest », je n’avais même plus de mots. J’aurais dû faire une vidéo, vous auriez mieux compris mon état d’esprit.

 

Je ne serai donc jamais une blogueuse cuisine. Je peux vous dire que c’était incroyablement bon, que j’ai trouvé ça jouissif mais je reste incapable de vous décrire cet orgasme culinaire. Je sais que j’ai rencontré François Robin, MOF (Meilleur Ouvrier de France pour les incultes comme moi qui ne connaissaient pas cette abréviation) et que plusieurs fois j’ai regretté de ne pas avoir épousé un homme qui s’y connaisse aussi bien en fromage. L’entendre parler des chèvres et de la bergerie donnait l’eau à la bouche (oui, oui, oui je vous jure).

 

Sur cet aveu d’échec, je vous laisse lire l’article d’Andie qui sait certes écrire sur la cuisine mais aussi sur plein d’autres choses. Vous saurez ainsi ce que j’ai mangé (et bu) qui était si « oooooh mon Dieu c’est une tuerie, je pense que je vais mourir ». 

Finalement parler de fromage c’est un peu comme parler de Sexe non ?

 

 

Merci Sophie de penser systématiquement à moi. La prochaine fois, ça serait sympa de prévoir une séance d’abdo-fessiers après la dégustation. 

 

 

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Testé et approuvé (ou pas)
commenter cet article
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 15:32

 

Contrairement à ce que les magazines féminins voudraient nous faire croire, toutes les filles n’ont pas de sextoys planqués au fond d’un tiroir de leur table de nuit, ou bien en évidence à côté de leur lit. Alors que certaines revendiquent haut et fort le plaisir qu’elles prennent grâce à leurs jouets, d’autres n’osent pas « sauter » le pas et rougissent à l’idée de rentrer dans une boutique spécialisée. Reste qu’elles pourraient commander en ligne. Toutefois, un apéritif Yoba peut être une alternative amusante. J’ai donc testé pour vous le premier apéro coquin du Bar des Pirates.

 

yoba

 

Première constatation, les sextoys créent du lien social : un garçon m’a conviée à l’apéro Yoba et j’y suis allée avec une twitteuse à qui j’ai dit « écoute je ne sais pas trop où on va atterrir mais on peut toujours essayer ». Mon côté aventureuse.

Sous cette merveilleuse pluie qui n’a pas cessé de l’été, nous nous sommes rendus dans le  XIeme au Bar des Pirates. Alors que certaines préfèrent les réunions tupperwares, nous avons préféré l’apéro coquin organisé par Aurélie et Eve, dont c’était la première vente.

 

Le concept est simple, vous avez envie d’organiser une soirée avec vos copines pour découvrir les produits de la marque Yoba. Soit Eve, ambassadrice de la marque, viendra chez vous animer une soirée, soit vous allez au bar des Pirates les après-midi réservés aux « apéros coquins ». 

 

Les ambassadrices ont une valise remplie de vibros, de lingerie, d’huiles… Leur mission : vous présenter les différents produits de la marque. Ca commence en douceur avec la lingerie et les accessoires sexy. Pour porter les déguisements d’infirmière, je conseille de faire du 36 fillette. Pas la place pour un bout de chair en trop dans cette micro robe moulante. L’ambiance est décontractée.

On passe ensuite aux huiles (de massage, chauffantes, d’excitation féminine) que tout le monde teste sur sa peau. Deux hommes sont présents mais personne ne semble gêné par leur présence. Tout le monde rigole, commente « j’aime bien cette odeur », « je trouve ça trop collant » et rebelote quand on passe aux poudres à lécher.

On essaye les menottes « liens sacrés » et le loup « sexy strassé » (que personnellement je trouve sublime. A défaut de l’utiliser avec votre partenaire, il est extrêmement sexy pour une soirée masquée), le fouet (qui ressemble aux pompons qu’on met sur les tentures)… La gêne potentielle a disparu.

 

Les vrais sextoys sont pour la fin. Comme on est déjà dans l’ambiance, plus personne ne trouve ça bizarre de voir les vibros, boules de geishas et autres s’étaler sous nos yeux. On commence avec les classiques canards et lapin (qui s’appelle désormais le « Lady Orgasm »), des vibros girly par excellence (rose, paillette, plume, strass), puis viennent les autres sextoys.

Celles qui n’oseraient pas demander comment ça fonctionne ou à quoi ça sert n’ont pas besoin de flipper : Eve vous montre tout, vous explique tout et vous fait passer les différents sextoys dans les mains pour que vous puissiez toucher les matières, voir si les vibrations vous plaisent.

 

A la fin, on passe commande. Je n’ai pas espionné pour savoir ce que les autres avaient pris. Je me demande toutefois si certaines ont acheté de véritables sextoys en plus de la lingerie ou des bougies ? A mon avis, sans les hommes les filles se lâchent plus dans leurs achats. A vérifier lors d’un prochain événement.

 

Pour être tenu informé des apéros coquins au Bar des Pirates, inscrivez-vous sur la page FB et dites bonjour à Eve de ma part !

 

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Testé et approuvé (ou pas)
commenter cet article
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 00:00

 


A quelques semaines de la plage et de la pseudo épreuve du maillot de bain, je reçois un mail de Sophie, du blog WonderSophie, qui m’invite à goûter, en avant première, un éclair de chez Fauchon

QUI aurait dit non ?  Ben voilà, moi non j’ai pas su dire non… Une fois de plus, je me suis sacrifiée pour le blog ! Ne me remerciez pas…


 

Fauchon

Copyright : LFPQ

 

 

Je reçois beaucoup de mails bizarres d’attachées de presse. « Les filles pensent que… » a atterri dans des listings très étranges donc je lis souvent en diagonale ce qu’on m’envoie. Non merci, je n’ai pas la peau grasse ; je ne veux pas non plus tester ton sauna échangiste ; je ne fais pas de « partenariat » avec des boutiques de sextoys…

Bref, le mail de Sophie était intitulé : « Envie de découvrir l'éclair Éclair Fauchon ? » Demandé comme ça... la réponse est évidente non ? Elle me proposait de me faire parvenir où je voulais sur Paris le nouvel éclair de la maison Fauchon en exclusivité. Il ne sera en vente que les 8, 9 et 10 septembre pour le weekend Eclair. J’avais envie de rencontrer Sophie, rendez-vous donc place de la Madeleine.

 

Lorsque je suis arrivée, Laurent, du blog A Chicken in the Kitchen, était déjà là. Nous en avons donc profité pour goûter ensemble. Le goûter, il n'y a rien de tel dans une journée. Au menu : thé et madeleines (délicieuses…)

Après avoir papoté blog quelques minutes, déformation de blogueurs qui, quand ils se rencontrent, parlent de leur blog respectifs, on est vite passé à de vraies questions : où trouver un bon restau italien ? quels sont les meilleures cupcakes ? Un moment vraiment agréable, de jolies rencontres.

Sophie avait préparé des sacs avec 2 éclairs à déguster quand on le voulait. Après les madeleines, une petite pause semblait nécessaire…

 

L ‘éclair « Eclair » de Fauchon a une coque en chocolat au lait qui fait penser au super héros Flash Gordon. 

Je ne suis pas experte ès éclair, mais je l'ai trouvé vraiment très bon. La coque n'est pas trop sucrée. Rigide, on pourrait l'enlever pour ne manger qu'elle. La crème à l'intérieur est un mélange chocolat au lait et fruits de la passion. Il faut savoir que j'adore ce mélange (qu'on retrouve dans les macarons de certains pâtissiers). Cette alliance n'est pas toujours réussie mais là, c'était parfait. L'acidité des fruits et la douceur du chocolat au lait : un pur délice. Sa texture n'était pas trop lourde comme peuvent être certaines crèmes.

Seul mini bémol : la pâte à choux de l'éclair. Elle était peut-être un peu trop épaisse à mon goût. J'avoue, je chipote... je devais bien trouver un mini truc qui cloche.

La légèreté de cet éclair permet, à mon avis, d'en déguster plusieurs... Voilà le véritable piège !

Résultat : testé et totalement approuvé par moi ! (qui ai donc un avis très subjectif)

 

Je conçois que 5 euros pour un éclair soit cher. En même temps, je n’achète pas souvent de gâteau en boulangerie, contrairement à ce que vous pourriez penser, rhooo. Du coup, ça ne me dérange pas de payer une certaine somme pour un très bon gâteau de temps en temps.

J’ai donc noté dans mon agenda de retourner faire un petit tour place de la Madeleine début septembre. A défaut de tous les acheter, je régalerai mes yeux avec toutes leurs couleurs et leurs dessins originaux.

Oui, bon ok, je craquerai peut être... mais ça sera encore pour le blog... je suis vraiment dévouée à mes lecteurs

 

 

Fauchon

26 place de la Madeleine

75008 PARIS

 

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Testé et approuvé (ou pas)
commenter cet article
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 12:00

 

Ca fait des années que j’avais envie de tester la « fish pédicure » et la voilà enfin arrivée en France. Les principe est simple : vous mettez vos pieds dans un aquarium et des minis poissons viennent manger vos peaux mortes. Une pédicure naturelle. J’avoue que dis comme ça, ça à l’air dégoutant, mais pas du tout ! Nous, on a adoré ! 

 

Fish Pedicure

 

Comme tous les trucs nouveaux en France, la fish pédicure coûte un bras : 38 euros minimum pour rester 20 à 30 minutes les pieds dans l’eau, ça me semble excessif, voire du vol ! J’ai embarqué ma copine Constance dans un bon plan « Groupon » : fish pédicure à 18 euros.

Première tentative chez Cap Marine. Rendez vous pris 1 mois et demi en avance. Il n'avait pas de place avant... La veille du rendez vous, coup de fil « il faudrait reporter votre rendez vous. Ah, pourquoi ? On a eu un problème avec les poissons. C’est à dire ? Ils sont morts » Nous voilà consternées. La bonne nouvelle c’est qu’ils ne sont pas morts APRES avoir goûté nos pieds… J'avoue, j'aurais culpabilisé... Le prochain créneau disponible : 2 mois après… 45 minutes de mauvaise foi plus tard, nous avons réussi à nous faire rembourser notre avoir. Cap Marine : testé et clairement NON approuvé !

 

Toujours grâce à notre avoir Groupon, nous sommes allées dans un autre institut : Objectif Ligne. C'est chacune son tour que nous avons pu tester la fish pédicure. Mais nous avons pu rester ensemble à papoter. Rien de tel qu'une pédicure pour papoter entre copines !

Durée du soin : 20 minutes. Je préviens : ils mettent un minuteur, ça ne plaisante pas avec le temps !

Pour celles qui sont un peu flippées par l'hygiène, l'eau est filtrée et nos pieds ont été scrutés (même entre les orteils) : « vous avez mis de la crème ? depuis quand avez vous ce vernis ? », et lavés avant de faire la connaissance des poissons ! Hello les poissons !!!

 

J’avoue, j’avais un peu peur de ne pas résister aux chatouilles et de ne pas rester tranquillement 20 minutes dans l’eau. Mais ce n’est pas vraiment des chatouilles qu’on ressent. Plutôt des mini impulsions électriques. Les poissons n’ont pas de dents, mais des ventouses. Ils aspirent les peaux mortes plus qu’ils ne les grignotent ! C'est vraiment agréable et on résiste au fou rire ! D’autre part, c’est assez drôle de voir les poissons se jeter sur vos pieds. On a l’impression qu’ils n’ont pas été nourris depuis des jours !

 

NdLucie : Nous avons appris que les poissons n’aimaient pas tous les pieds. L’esthéticienne nous a raconté que parfois, ils refusaient d’aller sur les pieds des clientes, préférant rester au fond de l’aquarium… Pour peu qu’elles aient été déprimées ce jour là, ça a dû les achever !

 

 

Avis de Constance : « En sortant tu as l’impression d’avoir eu un massage. Tu as les pieds propres et tu te sens super détendue.

Le bémol : ce n'est pas non plus révolutionnaire. Pour avoir des pieds de bébé il faut que la séance dure plus longtemps ou le faire régulièrement ».


Mon avis : Hyper agréable ! Les pieds sont tout doux mais effectivement, il faut y aller plusieurs fois pour retrouver des pieds de nouveaux nés (des pieds qui ne connaissent pas les sandales ni les talons…) J’aurais bien aimé qu’on nous hydrate les pieds après… mais une fois sortis de l’eau, ils retournent directement dans nos chaussures (les nôtres étaient ouvertes mais quand même).

On a également trouvé ça dommage que les poissons ne nous débarrassent pas des poils, de la cellulite… (non, nous n’avons ni l'un ni l'autre sur les pieds mais vous voyez ce qu’on veut dire !)

 

Conseils avant de vous lancer : pas de crème sur les jambes ou sur les pieds, vernis appliqué minimum une semaine avant, pas de mycose ou de verrue (ça semble évident mais bon), et si vous avez un frottement dû à une nouvelle paire de chaussure, attendez que la peau soit redevenue parfaite sinon les poissons vont s’acharner dessus, et vous faire saigner (en enlevant la peau abimée).

Loin des "dents de la mer", la fish pédicure est une expérience vraiment chouette, à tester ! 

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Testé et approuvé (ou pas)
commenter cet article
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 12:00

 

Ça faisait longtemps que je n’avais pas fait un petit test pour vous… Mon sens du sacrifice légendaire m’a poussé à tester de nouvelles cosmétiques érotiques (j’adore ce terme, je le trouve totalement idiot) : des huiles de massage. Ne faisant pas une étude complète sur le sujet, j’ai testé l’huile de massage de "Voulez vous" et la bougie huile de massage de chez "Yoba".

Je précise, reçus tous les deux en service presse.


Merci au jeune homme qui a bien voulu se sacrifier pour tester avec moi ! J'aime les hommes qui ont le sens du sacrifice !



 

huiles-de-massage-voulez-voushuile massage

 

 

Les huiles en compétition 

 

Huile de massage « Passage sous tes reins » à la lavande

Marque : Voulez vous

Prix : 18,90 € 150ml

 

Bougie Massage Ardent Amour de Coco

Marque : Yoba

Prix : 24 € les 200g

 

 

Huile : Le nom "Passage sous tes reins" rend l'objet sexy à souhait. On s'attend à un truc dingue mais l'huile est assez classique. Son gros plus : elle est légère sur la peau et ne colle pas… pas d'effet "beignet gras vendu sur la plage" sur le corps ! Du coup, il faut en mettre quelques noisettes pour que le massage soit agréable (sinon ça fait massage "je te rape la peau").

Très appréciable : son parfum, lavande, est discret et ne reste pas 100 ans sur la peau. De là à dire que cette huile est relaxante… je dirai que ça dépend du masseur ! 


Bougie : Trop « huileuse », trop collante, on n’a juste envie de prendre une douche une fois le massage terminé. Dommage, ce n’est généralement pas le but recherché. En revanche, le masseur la trouve plus agréable à étaler, plus fluide, plus légère… Peut être qu'il aurait fallu mettre moins d'huile pour que ça soit moins gras ? 

L’odeur noix de coco est très présente. Soit on aime et on a l’impression d’être en vacances, soit on trouve ça écoeurant (les goûts et les couleurs…) L’odeur est tenace (même après douche, on sent encore la noix de coco).

Le truc chouette c’est qu’on applique l’huile chaude (enfin tiède) directement sur la peau, une sensation extrêmement agréable.

 

Conclusion : Tout dépend du type de massage qu'on souhaite. Pour un moment de détente, l'huile est mieux. Rapide, efficace, pas besoin d'ambiance particulière.

Pour quelque chose de plus sensuel, de plus érotique c'est la bougie qu'il vous faut ! Le problème, il ne faut pas oublier de l'éteindre avant de l'utiliser ! Ou est donc passé la lumière ???  

Repost 0
Published by Lucie de Paola - dans Testé et approuvé (ou pas)
commenter cet article

Auto-Promo

Boite aux lettres

Souvenirs

Twitter

Facebook